529 Dragons
est une société de production d’images en mouvement créée par Aurélia Barbet et Laurence Rebouillon fin 2012.
Son nom associe un chiffre fétiche (23) multiplié par lui même : 529 et une créature de légendes : Dragons.

En 2020, Aurélia et Laurence sont rejointes par Émilie Aussel, Marcia Romano, Régis Sauder et Dorothée Sebbagh .

Installée à Marseille, ancrée dans le territoire méditerranéen et en lien avec ses habitants, la société développe des partenariats de production avec des structures qui travaillent à l’élaboration d’oeuvres singulières, à la frontière des circuits traditionnels de production cinématographiques. Ses objectifs de production portent plus particulièrement sur des documentaires de création, riches d’expérimentations dans leurs modes de représentation du monde.

 

Aurélia Barbet
Après des études d’histoire, Aurélia Barbet fonde Celluloïd avec un groupe de cinéastes Antibois. Ensemble, ils feront une dizaine de courts métrages. À son arrivée à Marseille en 2004 correspond une filmographie plus intime. Elle réalise Hôtel Plasky en 2004, Cette femme à laquelle je pense en 2005 et co-réalise Holiday avec Agathe Dreyfus en 2005. Elle fait un détour par le documentaire avec Ceux qui restent en 2011, qui suit la reconstruction d’un homme dont la femme s’est suicidée à cause du travail. En 2012, elle tourne son premier long métrage de fiction Passer l'hiver, présenté au festival d'Angers, Premiers plans en 2013 et sorti en salles le 15 janvier 2014.
Depuis, qu’elle réalise des films documentaires, fictions, et essais, elle s’est investie dans diverses structures de productions et de diffusion de films comme Labo d’image (ex Films de la belle de Mai), Film flamme, la Compagnie de la Cité à Marseille. Elle tient de ces rencontres et expériences, le goût pour l’aventure collective, la mise en œuvre de projet et le désir de faire se croiser les compétences. La création de 529 Dragons s’inscrit dans le prolongement de ces démarches et une volonté de développement.

Laurence Rebouillon
Après des études de lettres et de cinéma à Aix-en-Provence, Laurence Rebouillon se lance, dès 1996, dans la réalisation de films atypiques tournés en Super 8. En 2000, elle s'investie dans la production cinématographique avec la société Les Productions Aléatoires. Structure au sein de laquelle elle réalise ses propres films et produit des courts métrages expérimentaux de cinéastes, qui comme elle, travaillent en pellicule. En parallèle elle crée une compagnie de théâtre, la Cie LRIR, avec la comédienne et metteuse en scène, Isabelle Ronayette. Elle réalise des installations pour des spectacles chorégraphiques de la Cie Ex Nihilo. Dès 2005, elle s'emploie à la distribution et à la programmation de films expérimentaux et vidéos d’artistes au sein du Collectif Jeune Cinéma (CJC). Elle co-dirige plusieurs éditions du Festival des Cinémas différents de Paris. Sa démarches cinématographique entremêle récit et expériementations platiques et sonores. Ses films sont distribués par le CJC et quatre de ses films ont été montré à la Cinémathèque Française dans le cadre des séances Cinéma d'Avant-Garde en janvier 2013.

Émilie Aussel
Née en 1980 à Montpellier, Émilie Aussel étudie aux Beaux-Arts de Montpellier, à la Villa Arson, puis au Fresnoy, elle s’est ensuite installée à la capitale. Se cherchant entre art et cinéma, elle a collaboré à des créations chorégraphiques, théâtrales et musicales pluridisciplinaires et élabore ainsi des installations vidéos destinées à la scène. En 2009, le tournage d’un court-métrage à Marseille fut le déclencheur. Quelques années plus tard, trois court-métrages ont suivi, produits par Shellac. Des films de bande et de solitude interrogeant le rapport à l’intime et au collectif où se racontent des histoires d’amitié et d’amour pour faire le portrait d’une jeunesse consciente d’elle-même, non dépourvue d’humour, d’ironie et de romantisme. Une jeunesse en quête d’absolu et de communauté émotionnelle, cherchant ici-bas ce quelque chose qui la dépasse. Parallèlement, Émilie mène aussi de nombreux ateliers cinéma avec des adolescents et des jeunes adultes. Chaque atelier est le moyen d’être au contact de jeunes gens qui pourraient peupler ses récits, de les inviter à écrire, à jouer, à filmer, à parler d’eux, de leurs sentiments, de leurs rapports aux autres, au monde. Meneuse aussi de workshops en École d’Arts, École d’art dramatique ou avec le G.R.E.C. Accompagnée par Shellac, elle réalise « Mourir jeune », long-métrage co-écrit par Emmanuelle Bayamack-Tam, auteure publiée chez P.O.L et Yacine Badday, scénariste. Un autre projet de long est en cours : « L’extase de Dorothée ».

 

Marcia Romano
Marcia Romano est née en 1971 à Buenos Aires. En 1979, elle quitte l’Argentine en pleine dictature et travoltamania. Elle s’installe à Paris, puis vingt ans plus tard, à Marseille. Après des années à la caisse du Cinéma Mac-Mahon, des études de scénario, des expériences sur les tournages et dans des sociétés de production, elle collabore aux projets de nombreux réalisateurs. Parallèlement, elle mène, avec Benoît Sabatier, ses travaux personnels à Marseille dont, entre 2012 et 2017, une trilogie marseillaise DIY.

Découvrez les artistes des productions de 529 Dragons

529 Dragons accompagne les réalisateur·trice·s en France comme à l'international